Aller au contenu principal
2018
  1. Accueil
  2. Hospices de Beaune

Hospices de Beaune

Choisissez vos dates
Votre arrivée
Arrivée
Votre départ
Départ
Hospices de Beaune JM-SCHWARZT

1443 : la Guerre de Cent Ans n'est pas encore terminée, Beaune souffre de misère et de famine, les "écorcheurs" pillent et ruinent les campagnes. Les trois quarts des habitants de la ville sont sans ressources et les beaunois sont, dans leur grande majorité, déclarés indigents. Pour racheter leur salut, Nicolas Rolin, chancelier du Duc de Bourgogne Philippe le Bon, et son épouse, Guigone de Salins, décident alors de créer un hôpital pour les pauvres, les Hospices Civils de Beaune. Ils le dotent d'une rente annuelle tirée de leurs salines, et de ressources propres, grâce à la vigne.
Le 1er janvier 1452, l'hôpital accueille son premier patient. Dès lors et jusqu’au XXe siècle, les sœurs des Hospices de Beaune prendront soin de nombreux malades dans plusieurs grandes salles. L’Hôtel-Dieu a rapidement acquis une grande renommée auprès des pauvres, mais aussi auprès des nobles et des bourgeois. A travers leurs dons, ceux-ci ont permis d’agrandir et d’embellir l’hôpital par la création de nouvelles salles et l’apport d’œuvres d’art. Ainsi l’Hôtel-Dieu est-il devenu un véritable "Palais pour les Pôvres"

Notre sélection d'hébergements

Citybreak - Gîte

confort

Le Saint Etienne

à Beaune - Côte-d'Or

2 personnes 1 chambre
À partir de 595 € / semaine

Citybreak - Gîte

confort

Le Cru Colbert

à Beaune - Côte-d'Or

2 personnes 1 chambre
À partir de 380 € / semaine

Chambre d'hôtes

La Terre d'Or

à Beaune - Côte-d'Or

11 personnes 5 chambres
À partir de 160 € / nuit
Hospices de Beaune

Aujourd’hui encore, les Hospices de Beaune disposent d’un important patrimoine viticole : toutes ces vignes proviennent de legs et de donations, et leur production est commercialisée chaque année aux enchères le 3ème dimanche de novembre, dans le cadre de la vente de charité la plus célèbre du monde. Ainsi, cette institution hospitalière joue un rôle de premier plan dans les deux activités majeures de Beaune et sa région : le tourisme et le vin.
L'Hôtel-Dieu couvre aujourd’hui une aire importante de la ville de Beaune avec son musée, ses façades gothiques, ses toits vernissés, tapissés de figures géométriques aux couleurs flamboyantes, ses trois cours, ses dépendances, son Bastion du XVème siècle et ses centaines de mètres de caves conservant, notamment, la réserve particulière de vin des Hospices.
Préservé dans un état exceptionnel de conservation, ce monument est un rare témoignage de l’architecture civile du Moyen Age et illustre les liens étroits qui existaient alors entre la Bourgogne et la Flandre, nouvelle vassale de la maison de Valois. Ses salles réunissent une vaste collection d’objets, meubles et tapisseries de cette époque, dont Nicolas Rolin avait prévu la dotation de l'établissement dès la fondation (on peut s’en faire une idée précise grâce à un inventaire détaillé de 1501). Ces objets ont trois origines distinctes : la fondation elle-même, les nécessités du fonctionnement d'un hôpital et les dons et legs de bienfaiteurs ou de malades y ayant séjourné. L'Inventaire général de Bourgogne a mené depuis 1988 une étude exhaustive et a mis en lumière quelques 2.500 meubles (lits, coffres...) et 2.500 objets (tapisseries, tableaux, sculptures, pots à pharmacie...). Tous ces objets font régulièrement l'objet d'un programme de restauration.

Nos nouveaux hébergements

Gîte

21G2144

à Beaune - Côte-d'Or

4 personnes 2 chambres
À partir de 310 € / semaine

Gîte

La Petite Maison de Pommard

à Pommard - Côte-d'Or

4 personnes 1 chambre
À partir de 350 € / semaine

Gîte

Le Parvis de Saint Andoche

à Échevronne - Côte-d'Or

10 personnes 5 chambres
À partir de 900 € / semaine

Le point d’orgue de la visite sera le polyptyque du Jugement Dernier de Rogier van der Weyden, chef d’œuvre unique et mondialement connu. Mais cet hôpital médiéval recèle bien d'autres trésors : la grande salle des Pôvres, au riche plafond sculpté et peint, la chapelle gothique, la cuisine avec un tourne-broche actionné par un automate et l'apothicairerie avec ses collections de faïences et d'étains...
Enfin, il convient de rappeler que les Hospices de Beaune ont été le cadre de quelques scènes de la mythique « Grande Vadrouille » dans la cour d'entrée et "la salle des Pôvres".

http://hospices-de-beaune.com/