Aller au contenu principal
2018
  1. Accueil
  2. Le Monastère Royal de Brou

Le Monastère Royal de Brou

Choisissez vos dates
Votre arrivée
Arrivée
Votre départ
Départ
Monastère de Brou©Ph. Berthé, CMN, Paris

Le Monastère Royal de Brou, un monument d’amour !

Vous aimez découvrir les joyaux de l’architecture ? Rendez-vous au Monastère Royal de Brou à Bourg-en-Bresse. Ce monument, élu en 2014 « Monument préféré des Français », est un petit bijou du gothique flamboyant. Erigé au début du XVIe siècle sur la demande de Marguerite d’Autriche, cet ensemble unique en Europe comprend une église et trois cloîtres. Il abrite également un musée des Beaux-Arts. N’hésitez pas à venir en famille. En visite libre ou commentée, vous irez de découverte en découverte.

Nos nouveaux hébergements

Gîte

La ferme du Sophora

à Montagnat - Ain

5 personnes 3 chambres
À partir de 420 € / semaine

Gîte

Gîte de St Pierre

à Charentay - Rhône

8 personnes 4 chambres
À partir de 800 € / semaine

Chambre d'hôtes

Le Domaine des Possibles

à Les Ardillats - Rhône

10 personnes 3 chambres
À partir de 85 € / nuit
Monastère de Brou 2 (c)Ph.Berthé, CMN, Paris

Mais tout d’abord, savez-vous qui était Marguerite d’Autriche ? Née en 1480, fille de Maximilien de Habsbourg et de Marie de Bourgogne, elle a, très jeune, été l’enjeu de plusieurs alliances. A deux ans à peine, par le traité d’Arras, elle doit se marier avec le Dauphin de France, le futur Charles VIII. Le 23 juin 1483, le mariage est célébré. Huit ans plus tard, le Dauphin entreprend de conquérir d’autres contrées et se marie le 6 décembre 1491 avec Anne de Bretagne. Marguerite s’en retourne chez les Habsbourg. Mais pas pour longtemps. On la marie à l’Infant d’Espagne. Elle a 17 ans. Devenue veuve six mois six mois plus tard, elle est de nouveau offerte aux spéculations de Maximilien. Cette fois, il la donne au duc de Savoie, Philibert le Beau. Rebelote, en septembre 1504 elle devient veuve. C’est à ce moment-là que Marguerite décide d’édifier à Brou un couvent où elle, son mari défunt et sa belle-mère seraient enterrés.

Le 22 mars 1537, l’église est consacrée. Marguerite, qui règnait à Malines en tant que Régente des Pays-Bas, n’avait jamais eu le temps de se rendre sur le chantier. Elle est morte en 1530 d’une gangrène à la jambe. Néanmoins, tout avait été pensé pour qu’elle puisse vivre sur les lieux. Le nouveau parcours de visite proposé aujourd’hui vous conduit de l’église aux appartements de Marguerite avant de vous plonger dans la riche collection de peinture. Dans l’église, admirez le jubé en dentelles de pierre où s’entrelacent les initiales de Marguerite d’Autriche à celles de son défunt mari Philibert le Beau. Et attardez-vous au pied des trois gisants nouvellement restaurés et de l’exceptionnel retable des Sept joies de la Vierge. Dans les appartements de Marguerite, la Régente vous apparaîtra en hologramme pour vous conter sa vie, son œuvre et son amour de l’art.

Saviez-vous qu’elle possédait une collection d’œuvres d’art à nulle autre pareille ? Protectrice des arts, elle avait rassemblé plus de deux cent pièces, des tableaux, des sculptures et des objets d’art. Parmi les maîtres, les plus grands primitifs flamands tel Van Eyck ou Van Orley.

Notre sélection d'hébergements

Citybreak - Gîte

confort

Les Cigognes

à Bourg-en-Bresse - Ain

3 personnes 1 chambre
À partir de 300 € / semaine

Gîte

TIMENDEL

à Péronnas - Ain

2 personnes 1 chambre
À partir de 275 € / semaine

Poussez ensuite les portes du musée. Et parcourez les siècles de peinture. La collection s’étend du XVe jusqu’à ce jour. Attardez-vous sur l’impressionnant tableau de Gustave Doré représentant Virgile aux enfers. Et parcourez chaque cellule de moine où sont accrochées les œuvres. Vous y découvrirez de très belles crucifixions, des tryptiques, des peintures Troubadour, jusqu’aux œuvres contemporaines signées Degottex, Asse ou encore Bissier.

Après la visite, pourquoi pas un bon repas ? Vous êtes ici en Bresse, une région gourmande et gastronomique. Parmi les spécialités culinaires, le fameux poulet à la crème et aux morilles. Mais aussi les grenouilles que l’on pêchait autrefois dans les étangs de la Dombes voisine.

Une fois rassasiés, parcourez le centre ancien de Bourg-en-Bresse. Les façades des maisons XVe  à pans de bois témoignent des temps anciens. Anicienne place-forte savoyarde, Bourg n’est devenue française qu’en 1601. Sous le règne de Louis XV, la ville s’est embellie. Découvrez les façades XVIIIe des quelques hôtels particuliers. Et visitez l’apothicairerie de l’Hôtel-Dieu, encore riche de sa collection de faïences.  

Monastère royal de Brou, 63 boulevard de Brou, 01000, Bourg-en-Bresse. Infos : 04 74 22 83 83. Coordonnées GPS Latitude 46.1968, longitude 5.2377. En voiture : de Macon, A 40, de Lyon, A 42, sortie 7. En train : Paris-Bourg-en-Bresse en 2 heures, 15 mn à pied de la gare.